La communauté enfantine (18-36 mois)

Le passage à la communauté enfantine se fait progressivement. Il tient compte de plusieurs paramètres : acquisition de la marche, capacité à transporter un objet des deux mains en marchant, envie d’imiter, début de la parole, etc.

 

Même si l’enfant ne change pas d’environnement, les activités que l’équipe lui proposera évolueront progressivement pour être au plus proche de ses besoins. Un enfant plus jeune pourra faire certaines activités et regarder ou participer à certains ateliers proposés s’il en ressent l’envie.

 

L’enfant passera à son rythme à la communauté enfantine, il ne sera ni poussé ni freiné, mais toujours encouragé.

 

La vie pratique

 

Vers 15-18 mois, l’enfant est mu par une force intérieure qui le pousse à nous imiter. « Pendant cette période, il imite les actes de ceux qui l’entourent, non parce que quelqu’un lui dit de le faire, mais par une nécessité intime. » Maria Montessori, L’esprit absorbant de l’enfant. Le rôle des éducateurs est alors de lui donner la possibilité de faire comme nous et de reproduire nos gestes.

 

Les activités « vie pratique » vont permettre à l’enfant de se concentrer, de s’exercer, de se tromper, de recommencer sans avoir la pression du résultat.

 

L’adulte lui montrera de manière précise, méthodique et lente comment faire, puis l’enfant, après avoir analysé les étapes logiques de l’activité, va essayer de nombreuses fois de le refaire par lui-même.

 

Le travail de la main

 

Pour Maria Montessori, la main est le professeur principal de l’enfant. « L’intelligence de l’enfant atteint  un certain niveau sans qu’il fasse usage de ses mains; l’activité manuelle lui fait atteindre un niveau plus élevé et le petit enfant qui s’est servi tout seul de ses mains présente un caractère plus fort. » (Maria Montessori, L’Esprit absorbant de l’enfant).

 

C’est grâce à la manipulation répétée que l’enfant acquiert une connaissance de plus en plus fine du monde qui l’entoure et qu’il construit et développe son intelligence.

 

Pour apprendre, il faut de la concentration et la meilleure façon pour un enfant de se concentrer et de fixer son attention sur une tâche est de l’accomplir avec ses mains.

 

Diverses activités progressives seront proposées à l’enfant afin qu’il affine sa préhension, développe sa coordination œil-main. Toutes ces activités vont lui permettre notamment d’effectuer un travail préparatoire à l’écriture.

 

Le langage

 

Une importance particulière est donnée au développement du langage, pour ce faire, les adultes doivent s’adresser à l’enfant avec un vocabulaire riche et précis en faisant l’effort d’utiliser les termes exacts.

 

Outre ces principes, plusieurs activités seront proposées aux enfants afin de développer leur langage. Tous les jours les éducatrices liront des livres aux enfants. L’éveil linguistique fait pleinement partie du développement du langage.

 

La motricité globale

 

Lorsque l’enfant marche de manière bien stable, il aura besoin d’activités qui lui permettront de développer ses muscles, d’affiner sa psychomotricité et de prendre conscience de son schéma corporel. Pour l’aider, nous proposons chaque semaine des ateliers d’éveil corporel.

commodo sem, ut amet, felis Praesent quis, facilisis Praesent suscipit